Le forum officiel de la LPR.

Forum traitant de la fameuse LPR, la ligue de protection des rongeurs.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les fils de la misère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caerbannog
Rat actif
Rat actif
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Maine et Loire
Emploi : Lycéen
Loisirs : W40K, bouquins, etc...
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 12:47

Voilà mon Fluff, c'est l'histoire de mon armée. Il peut sembler tès étrange au débuts, mais rassurez vous, chapitre après chapitre vous comprendrez mieux.J'envisage de publier un chapitre par semaine, et je pense que j'en aurais beaucoup. En fait, je crois que je ne m'arreterais jamais !! C'est parti !!

PARTIE 1 / RENEGATS

Chap. 1/ Reconnaissance



« Allez les bleus, on est pas là pour camper alors on se bouge ! »
Le lieutenant Herk ne supportait plus d’être à la tête du peloton de cadets, et supportait de plus en plus mal les sarcasmes des autres sous-offs quand il se rendait au mess, ces derniers l’ayant baptisé « Captain’Pioupiou ».

Cela faisait presque une semaine qu’il avait débarqué sur la planète Aspilian, pour s’assurer du contrôle de l’Imperium sur la région disait le Quartier Général. Depuis son arrivée, les missions de reconnaissance se succédaient, toutes plus longues et ennuyeuse les une que les autres. En tant que lieutenant des cadet, Herk avait été le seul à avoir déclaré des pertes, certes minimes, mais sans avoir rencontré un seul ennemi. La bêtise de ses pioupious l’exaspéraient : « Chef, y’a Jash qu’à fait tomber ses grenades ; Chef, j’ai oublié mon fusil… ». Si seulement ils pouvaient tomber dans une embuscade, où découvrir une cité abandonnée, cela leur donnerait peut être un minimum d’expérience du combat, autre que celle diffusé dans le petit manuel du fantassin impérial.

L’herbe était verdoyante, et cette région semblait totalement pacifique et inhabitée. L’espace d’un instant, Herk se tint immobile, le bras levé pour indiquer l’ordre d’arrêt, et agrippa la paire de jumelles qui pendait à sa ceinture.

« OK, la bleusaille, je crois qu’on à trouver du monde chez qui s’inviter ». La vue de cette petite exploitation agricole lui avait fait oublier sa fatigue, et il ordonna à la troupe de reprendre la marche, lorsque son radio accourut.

« Chef Chef ! ! Est ce, Est ce que je doit annoncer la nouvelle au Quartier Général ? » , dit il , essoufflé et excité à l’idée de faire sa première véritable transmission radio.

« HORS DE QUESTION, recrue Albran, vous retournez dans le rang immédiatement, exécution ! » lâcha Herk à l’attention du jeune garde. Des chuchotements se firent entendre dans toute l’escouade, mais le lieutenant n’en tint pas compte. Pour une fois qu’il avait pu trouver quelque chose d’intéressant sur cette planète, il ne voudrait pas qu’on lui ordonne de retourner au campement pour que les troupes de chocs investissent le terrain à sa place, s’accaparant du même coup la découverte de l’endroit et toute la gloire en cas de combat. Il investirait le patelin coûte que coûte, même s’il devait laisser sur place plus de la moitié de ses « mômes » comme il les appelait. De toute façon il savait qu’ils le suivraient, la soumission et l’obéissance aveugle étant la spécialité des sergents instructeurs impériaux.

« OK, les mioches, on est dans là bas dans 30 minutes ».


Chap.2/Assaut ?



L’excitation avait motivée la troupe du lieutenant Herk, qui était 20 minutes plus tard à moins de 100 mètres de la ferme. Malgré tout , le lieutenant ne ressentait aucune fierté envers ses hommes, obnubilé par sa découverte.

La ferme était composée de 4 bâtiments, long chacun d’environ 10 mètre, d’un silo, ainsi qu’un hangar et d’un champ de céréales . La surface totale de l’exploitation était d’environ 1Ha.

Herk se tourna vers ses cadets : « Bon, je veux 6 hommes là bas, fit il en désignant une forêt sur une colline qui surplombait la ferme ; puis un groupe 1 de 5 hommes derrière le silo, et un groupe 2 de 6 hommes derrière le hangar , à l’opposé. Les autres vous me suivez à l’abris de ce muret là bas. » Il inspira profondément, avant d’ordonner l’exécution de ses ordres, tout en reprochant aux soldats désignés de ne pas être à leurs postes.

Une fois arrivée derrière le muret, Herk donna l’ordre à ses gars de rester discrets tout en restant attentif au moindre mouvement extérieur. Quelques minutes plus tard, le responsable du groupe 2 fit signe de la main à l’escouade du lieutenant.

« Bon ; contact visuel , 3 cibles mouvantes à 11H, type indéterminé, peut être des Xénos vu leur déplacement rapide » ; transmis l’une des recrues au lieutenant Herk
« Eh merde, on vous apprend pas à identifier vos cibles ou quoi à l’école militaire ? »
La recrue Albran lui répondit que leur formation ne comprenait que les bases du tir, du corps à corps et du culte impérial. Il allait ajouter que l’identification d’ennemis ne faisait donc pas partie intégrante de la formation, quand Herk le somma de se taire sous peine de lui attribuer toutes les corvées du régiments lors de leur retour au QG. Le jeune cadet avala difficilement sa salive, avant de reprendre sa place au sein de l’unité.

D’un signe de la main, le lieutenant ordonna aux groupes 1 et 2 de contourner la ferme chacun de leur côtés, et de tirer à vue sur tout ennemi potentiel. Puis il se tourna vers la droite pour indiquer au lance missile de se tenir prêt à faire feu à la moindre occasion.

Un silence pesant s’installa, ajoutant à la nervosité des cadets de la garde impériale, lorsque soudain des cris de douleurs parvinrent aux oreilles de ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Rat
Rongeur Administrateur
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 26
Localisation : Quelque part dans les terres du Sud.
Emploi : Administrateur
Loisirs : Détecter les snots
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 13:11

Ah, la suiiite!

C'est très bien, avec de belles descriptions, et des personnages au caractère bien défini.
Seulement évite les chiffres et les abréviations, qui coupent un peu.

Je me suis permis de spérarer un peu plus tes chapitres, pour une meilleure compréhension.

Le Rat, j'attends le Chaos. ;)

_________________
"Ce qui sépart les nobles castors des vils ornythorinques est aussi infini que ce grin de riz." Zigguor l'usurpateur.

Beware the beaver! Like the beaver!

"Le Gant de Douleur, parce que je le mérite bien!" Lysander
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lpr-forum.myrealboard.com
ezarchiel
Commissaire-recruteur
avatar

Nombre de messages : 700
Localisation : Suresnes,Ile de France
Loisirs : Elimination,destruction,extermination
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 19:13

J'aime bien ! Mais des petits trucs quand même:
Citation :
Si seulement ils pouvaient tomber dans une embuscade, où découvrir une cité abandonnée, cela leur donnerait peut être un minimum d’expérience du combat, autre que celle diffusé dans le petit manuel du fantassin impérial.

Je ne sais pas si je voudrai tomber sur des marines du chaos ou autre choses horrible mais plutôt rester tranquille et faire un bon entrainement.

Citation :
lorsque soudain des cris de douleurs parvinrent aux oreilles de ces derniers.
Des hurlements, c'est mieux.

Ezar

_________________
Dans le doute frappe encore
Citation :
Pensée du jour: la pensée engendre l'hérésie, les blondes sont donc des saintes...
yohannlb36
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caerbannog
Rat actif
Rat actif
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Maine et Loire
Emploi : Lycéen
Loisirs : W40K, bouquins, etc...
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 19:25

Ouaip, je suis d'accord mais pour les modifications, c'est un peu tard parce que je suis déja rendu à la 8èpartie de mon récit, mais merci quand même pour les conseils.

Chap. 3/ Tension

Les jeunes recrues étaient affolées par l’agonie de leurs camarades. Certains cadets récitaient des psaumes impériaux, anticipant leur mort et réclamant le pardon pour n’avoir pas su défendre l’Imperium, tandis que d’autres, plus déterminés augmentaient la puissance de leur fusil laser. La tension qui envahissait les gardes impériaux était palpable, mais le Lieutenant Herk, gardait toutefois son sang froid, signalant à l’escouade du lance missile de garder sa position.

Il n’avait jamais été très pieux envers l’Empereur, et récitait ses prières uniquement pour ne pas être considéré comme un hérétique. Il était notoire que les commissaires impériaux avaient la gâchette facile depuis l’arrivée sur Aspilian, raison de plus pour se conformer au culte impérial.

Les hurlements cessèrent enfin, laissants place à un bourdonnement régulier, couvert par des voix rauques. Le lieutenant aurait parié qu’il s’agissait de prières, mais préféra garder ses réflexions pour ne pas affoler ses « pioupious », déjà sous pression. Il s’interrogea sur le type d’ennemi capables de parole, ou même d’un culte quelconque. Sûrement pas des peaux vertes ; peut être des marines trop zélés, qui sait ! Il avait entendu parlé de marines, qui avait ravagé des régiments entiers de la garde, juste par mégarde ; les Death Angels, où quelque chose comme çà. Mais, bon, il n’ignorait pas qu’en réfléchissant ainsi il ne faisait que se rassurer lui même.

Les prières cessèrent, et le bourdonnement se rapprocha inexorablement de la position de l’escouade du lieutenant, jusqu’à devenir insupportable. Le ciel commençait à s’obscurcir, ce qui ne manqua pas d’ajouter à la tension dont étaient victimes les cadets.

Tout à coup, une silhouette passa furtivement à une dizaine de mètres seulement de l’unité, pour se réfugier dans le hangar, imitée bientôt par quatres autres ombres. Les soldats pointèrent instinctivement leurs armes sur le bâtiment, attendant l’ordre du lieutenant Herk pour pouvoir tirer. Ce dernier se retourna vers sa droite, et ordonna au lance missile de « nettoyer la zone ».

Le servant de l’arme lourde, compris l’ordre, bien que le vrombissement assourdissant masquait les paroles du lieutenant. Le tireur positionna l’arme de façon à avoir le hangar en ligne de mire. La roquette suivi une trajectoire rectiligne, qui lui fit percuter un engin agricole de plein fouet. La détonation qui s’ensuivit fit trembler toute la ferme, alimentée par l’explosion des réservoirs des différents machines qui stationnaient dans le bâtiment.

Tous les membres de l’escouade d’Herk ôtèrent les mains de leurs oreilles, certains reprenant le fusil laser qu’ils avaient laissés échapper durant l’explosion. Le silence qui suivit leur offrit un court repos, quand le bourdonnement se fit de nouveau entendre. Il ne provenait cette fois pas de la ferme, mais bel et bien de la colline d’où le missile était parti. Herk détourna la tête, avant de se mette à hurler :

« ALBRAN , CONTACT RADIO IMMEDIAT ! ! ! ».



Chap.4/ L’abandon

La recrue chargée de la transmission des missives arriva, essoufflé devant l’imposante porte métallique de la salle d’état major. Il inspira profondément, puis se décida à appuyer sur le communicateur vocale : « Colonel Riecken, une liaison radio pour vous ».

L’armature d’acier s’ouvrit dans un bruissement d’air, ce qui ne manqua pas de perturber le jeune garde impérial, qui recula instinctivement, puis s’engouffra dans la salle. Les murs étaient tapissés de moniteurs affichants diverses statistiques, entourants le large support de projection holographique ,dont les données tridimensionnelles constituaient l’unique source de lumière de la pièce. Plusieurs officiers et autres personnages visiblement importants s’affairaient autour de ces signaux incompréhensibles pour quiconque n’était initié. Parmi ceux ci, le soldat distingua le colonel discutant avec un inquiétant commissaire impérial. La présence du commissaire le mit mal à l’aise, mais le message dont il était porteur pouvait être d’une importance capitale, ce qui le décida à s’approcher du colonel Riecken :

« Colonel, une transmission radio en provenance du lieutenant Herk au poste AH-49
- Cet incapable, je le croyais rentré de mission ; répondit le colonel, sans même daigner regarder son interlocuteur.
-Il s’agit d’une transmission codée RED-9C, synonyme d’une présence d’ennemis, et donc de pertes possibles, insista le soldat.
- Ce ne serait pas la première fois que notre bon vieux « Captain Pioupiou » nous ferait des siennes, mais bon ; je vous accorde le bénéfice du doute. »

Le commissaire salua le colonel, laissant apparaître un visage constellé de balafres. Le jeune garde impérial avala difficilement sa salive, puis sortit précipitamment de la salle, le colonel Riecken lui emboîtant le pas. Le trajet jusqu’à la salle de transmission dura à peine 4 minutes, durant lesquelles le soldat prit le soin de marcher dans une cadence impeccable sous le regard pesant de son supérieur.

A peine arrivé, un garde impérial en uniforme de radio tendit l’appareil au colonel.

Transmission radio,
code RED- 9C
Emetteur : lieutenant Herk
A : QG

« Colonel, avons été attaqué par une force en infério…érique. …breuses pertes à déclarer…

- Lieutenant Herk, votre incompétence ne regarde que vous. Ce n’est pas en simulant vos combats que vous gagnerez la reconnaissance d l’Empereur.

-…avons au moins 15 morts….cun blessés à déclarer.

- Bah voyons ; et pouvez vous nous indiquer quels types d’ennemis vous nous avez inventez ? Tâchez d’être original lieutenant.

-Je…je…je ne comprends pas, ennemis …mobiles, sorte de …ites religieux.

- Mais bien sûr lieutenant Herk, vos ennemis qui prient, ce sont des Space marines. Les plus lâches ennemis de l’Impérium, c’est bien connu.

-…ennemis en arm…ique rouge, ….autoportés…

- La ligne est brouillée, on ne comprends rien à ce que vous dites. Je coupe la transmission. Vous avez intérêts à être présent ce soir pour la revue de troupes lieutenant Herk »

Sur ces derniers mots, le colonel tendit l’appareil de communication au garde impérial, sans toutefois baisser la tête ; puis soupira de dépit avant de se diriger vers ses quartiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ezarchiel
Commissaire-recruteur
avatar

Nombre de messages : 700
Localisation : Suresnes,Ile de France
Loisirs : Elimination,destruction,extermination
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 19:33

J'aime vraiment bien c'est asser entrainant toutefois (eh oui toujours)
Citation :
es jeunes recrues étaient affolées par l’a agonie de leurs camarades

Ils ont vu leurs camarades mourir ?

Citation :
l n’avait jamais été très pieux envers l’Empereur, et récitait ses prières uniquement pour ne pas être considéré comme un hérétique. Il était notoire que les commissaires impériaux avaient la gâchette facile depuis l’arrivée sur Aspilian, raison de plus pour se conformer au

Gasp ! Les GI (comme tous les citoyens impériaux) ont été endoctriné sur le culte de l'empereur, un soldat non croyant n'est pas un soldat.

Pourquoi les WE prient ? Tu devrais plus insister sur un autre aspect des WE que la prière parceque cela devient vite lourd, le fait que un seul marines les charges tout en plasmodiant (la frénésie) le fait que des pioupious soient entraînés vers le chaos (le côté endoctrinement des WE) etc...

Ezar,j'attend la suite avec impatience

_________________
Dans le doute frappe encore
Citation :
Pensée du jour: la pensée engendre l'hérésie, les blondes sont donc des saintes...
yohannlb36
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad
Rat apprécié par tous
Rat apprécié par tous
avatar

Nombre de messages : 114
Localisation : Breizh (Lorient)
Loisirs : Enterrer des inquisiteurs trop curieux au pied du Croc
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 19:35

Citation :
Le lieutenant Herk ne supportait plus d’être à la tête du peloton de cadets, et supportait de plus en plus mal les sarcasmes des autres sous-offs quand il se rendait au mess, ces derniers l’ayant baptisé « Captain’Pioupiou ».

ca commence bien, "lieutenant" est le premier grade d'officier, si les sous-offs se foutent de sa gueule ils devraient passer un sale quart-d'heure.

Bon, je continue, c'est plutôt bien écrit et agréable à lire, j'aime bien.
Par contre insiste plus sur la description des GI, ce sont des cadiens basiques ou ils ont qelque chose de partculier.

Et un effort sur le choix des noms; "Death Angels" ca le fait pas, ca fait même rire.


Dernière édition par le Ven 5 Mai - 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Rat
Rongeur Administrateur
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 26
Localisation : Quelque part dans les terres du Sud.
Emploi : Administrateur
Loisirs : Détecter les snots
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 19:41

Ezarchiel, ce sont des WB, des apostats assez motivés donc...

Sinon j'aimre bien, comme les autres, c'esdt vrai que c'est assez entraînant.
Le coup du supérieur qui le met en doute (et même pluqs) est excellent, j'attends la suite encore une fois!

Le Rat, très bon texte (c'est plus digeste et tendu en petits morceaux).

_________________
"Ce qui sépart les nobles castors des vils ornythorinques est aussi infini que ce grin de riz." Zigguor l'usurpateur.

Beware the beaver! Like the beaver!

"Le Gant de Douleur, parce que je le mérite bien!" Lysander
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lpr-forum.myrealboard.com
Caerbannog
Rat actif
Rat actif
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Maine et Loire
Emploi : Lycéen
Loisirs : W40K, bouquins, etc...
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 19:47

Réponse à Vlad: Comme tu le verras par la suite, Herk est un gros blasé de la vie, il est traité comme une daube, mais il ne répond pas, il est trop intelligent pour cela. Mais il à quand même la haine (tu vas voir).5
Réponse à ezarchiel: ils les cadets ont pas vu leurs camarades mourir, ils les ont entendu.
Et si l'aspect religieux ne vous plait pas, je tient à vous prévenir tout de suite que c'est l'aspect principal du récit, et que ça va continuer tout le temps.C'est voulu.

Chap.5/ Conscience

Le lieutenant Herk ruminait en son for intérieur contre le colonel, dont il avait anticipé la réaction. Riecken était, comme nombre d’officiers supérieurs de la Garde Impériale, rongée par l’ambition ; le nombre de pertes humaines étant selon lui négligeable quelque soit l’objectif. Herk s’était déjà interrogé sur la carrière du colonel, et doutait même que ce dernier eu déjà d’uniforme autre que celui d’officier.

Son sens du devoir lui interdit toutefois de faire une quelconque réflexion devant ses cadets, qu’il considéra dés lors sous un autre jour. Il contempla ses mains , maculées de sueur, puis se dit que quelque chose le reliait à ses cadets. En effet, sous l’uniforme écarlate propre aux régiments détachés sur Aspilian, tous n’étaient que des hommes, rien d’autres. Le colonel Riecken, ses cadets, les commissaires, lui mêmes. Tous n’étaient rien d’autres que des hommes.

Herk se dit alors que la vie pouvait sembler étrange à bien des égards. Certains étaient destinés aux cérémonies et autres médailles dorées ; tandis que d’autres donnaient leur vies pour la gloire de généraux. Tant de héros anonymes pour la gloire d’un usurpateur. Voilà ce qu’était la guerre selon l’Imperium. On ne leur avait pas demandé leur avis ; ils étaient désignés à mourir pour d’autres voilà tout. Le lieutenant fut tiré de ses réflexions par l’un de ses soldats qui lui tapota l’épaule.

Il ne restait plus qu’une dizaine de gardes impériaux, massés derrière un simple muret. Certes, cet obstacle était rudimentaire, mais bon ; Herk considéra que cela aiderait ses pioupious à se sentir protégés. Les visages dégoulinants de sueurs fixaient maintenant la colline avec plus de tension encore. Cela faisait bien ¼ d’heure que les ennemis ne bougeaient plus de leur position ; leurs litanies angoissantes parvenant aux oreilles des jeunes cadets. Le crépuscule était tombé , mais la lumière blanche produite par chacune des deux lunes d’Aspilian laissait entrevoir des armures rougeâtres aux contours irréguliers, peu à peu masquées par des volutes de fumée.

Tout à coup, un halo de lumière rouge apparu au sommet d’un piquet planté , semblait il, au milieu des ombres rouges. Une étoile à huit branches surplombait perpendiculairement le mat, chacune des flèches présentant un ou plusieurs corps empalés. Le sang retombait tel une pluie écarlate sur les silhouettes devenues plus distinctes grâce au halo de lumière.

A la vue de ce macabre spectacle, Herk saisit immédiatement quel type d’ennemis se présentaient à lui ; et plutôt que d’affoler ses soldats déjà sous le joug d’une pression insupportable, il empoigna son épée tronçonneuse, sans toutefois la tirer hors de son fourreau métallique. Plusieurs des cadets de l’unités vomirent à la vue de leur frères d’armes empalés tel de vulgaires trophées, des flaques de biles commencèrent à joncher le sol boueux. Chacun attendait des réprimandes de la part de leur lieutenant, mais aucun n’aurait pu prévoir le geste d’humanité de ce dernier. Herk saisit la gourde accrochée à sa ceinture de cuir ; en dévissa le bouchon métallique avant de la tendre à l’un des soldats. Tandis que le récipient passait entre les mains des soldats dépités, Herk tira son épée tronçonneuse de son fourreau, et toujours sans dire un mot; il en fit vrombir le moteur.

Les « pioupious », stupéfaits par le comportement de leur supérieur, prirent chacun tour à tour leur fusil laser à pleine main, rattachèrent les sangles de leur casques, puis épaulèrent leur armes afin de maintenir en joue les assassins de leurs camarades ; qui descendaient lentement de leur position pour se diriger vers eux.

Malgré leur inexpérience ; ils avaient compris que le lieutenant Herk ne se battrait pas pour l’Empereur, ni pour sa propre vie. Il allait combattre pour eux, et l’idée d’un tel sacrifice leur fit découvrir un sentiment qui leur était jusqu’alors inconnu : la fierté.



Chap.6/ Vengeance

Le lieutenant Herk ne prononçait désormais plus un seul mot ; mais les gouttes de sueur qui perlaient sur son front trahissaient la tension qui l’habitait. Il n’allait pas décevoir ses pioupious, et n’en attendait pas moins de leur part. Il dégaina le pistolet laser propre aux sous officiers de son holster de cuir, avant de tirer en l’air.

La détonation de l’arme marqua le début d’un flot de tir ininterrompu. Les trajectoires des lasers zébraient l’obscurité de la nuit Aspilienne , bien que près de la moitié des tirs n’aboutissent qu’a griller deux ou trois brins d’herbe. Les quelques rayons luminescents qui atteignaient leur cibles terminaient en gerbe de lumière lors du contact avec l’armure énergétique écarlates des ennemis, ne parvenant pas à ralentir l’inexorable marche de ces derniers. Malgré toute la volonté des cadets, les tirs s’avéraient inefficace contre les tueurs de leurs anciens camarades ; dont l’identité n’était plus tout à fait un secret. N’importe qui aurait pu conclure qu’ils s’agissait d’adorateurs du Chaos, ne serait ce qu’en contemplant le sinistre monument érigé à la gloire des dieux de la ruine. De plus, l’extraordinaire résistance de leurs armures attestait de leur statut de Space marines, autrefois sous la bannière de l’Empereur. Seul un aspect restait un mystère pour tous les membres de l’escouade du lieutenant Herk : le calme et la sérénité dont semblaient faire preuve les renégats. Ces derniers ne semblaient pas avoir hâte de se battre, en dépit de leur statut de Space marines, du Chaos qui plus est.

Herk n’avait plus aucun besoin de motiver sa troupe, mais les circonstances n’étaient pas véritablement celles dont il avait rêvé ; il aurait été plus convenable d’initier ses gardes au combat lors d’une escarmouche contre une bande de Xénos par exemple. Mais bon, là encore il n’avait pas eu le choix, le destin semblait lui imposer une épreuve supplémentaire. La rage se lisait sur son visage, dont la crispation faisait ressortir ses veines au niveau des tempes ; témoignant de la tension qui l’habitait. Sa bouche semblait figée dans un rictus effrayant, ses dents, trop profondément plantées dans sa lèvre inférieur laissèrent couler un léger filet de sang jusque sur son menton. Mais aucun des cadets ne prit le temps d’observer ce détail, trop occupés qu’ils étaient à déverser un flot de lasers se voulants meurtriers, en vain.

Une salve de tirs atteignit miraculeusement l’un des marines renégats à la tête, faisant voler le casque en éclats. L’adorateur du Chaos porta immédiatement sa main à la tempe, constatant ainsi qu’un mince filet de sang circulait désormais le long de son visage. Contre toute attentes, ce dernier stoppa sa marche, imité par ses congénères, avant de lécher l’extrémité des son doit, tout en conservant un visage totalement dénué d’émotions. Il prit son fuseur à pleine main, et lâcha un tir meurtrier sans même prendre la peine de viser. L’un des cadets du lieutenant Herk fut réduit à l’état de vulgaire monticule de cendres fumantes, tandis que deux autres ne furent que légèrement blessés. Le constat d’une perte ne fit qu’augmenter la détermination des gardes impériaux, qui n’auraient pas hésité à augmenter la cadence de leurs tirs, si la plupart d’entre eux n’étaient pas tombés à court de munitions. La banale mission de reconnaissance s’était malencontreusement terminée en affrontement sanglant.

L’un des renégats, qui au vu de la toge noire qui descendait le long de son armure énergétique, devait être le chef de l’escouade ; s’approcha du tireur, avant de poser l’un de ses imposants gantelets énergétique sur l’arme de ce dernier, comme pour lui demander de faire preuve de plus de retenue.
Il revint au centre de l’escouade, et s’agenouilla, ce qui stupéfia les jeunes recrues de la garde impériale dont les fusils laser ne troublaient plus le silence de la nuit. Le champion chaotique se releva, se gardant toutefois de monter son visage , fit une imposition des mains, et dans un bruit strident fit apparaître des lames à l’aspect plus que tranchant à l’extrémité de chacun des doigts de ses gantelets énergétiques, qui visiblement avaient achevés plus d’un cadets lors du raid sur l’escouade au lance missile. Puis enfin , il leva le visage vers le ciel, ouvrit une bouche laissant transparaître quantité d’implants divers . Un chant monotones, semblable aux quantiques que le lieutenant Herk avait entendu lors de la promotion du colonel Riecken alors qu’il n’était que jeune troufion, s’éleva de l’escouade des adorateurs du Chaos. Les gardes impériaux, ne s’attendant pas à comprendre le langage utilisé par leurs ennemis, tremblèrent lorsque les litanies parvinrent à leurs oreilles, explicites quant au sort qui leur était réservé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ezarchiel
Commissaire-recruteur
avatar

Nombre de messages : 700
Localisation : Suresnes,Ile de France
Loisirs : Elimination,destruction,extermination
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 19:55

C'est bon mais (encore):
Les gardious ne sont pas au courant de l'hérésie (je crois) ils ne peuvent donc pas savoir que se sont des marines du chaos.

Des cadets qui pisse dans leurs frocs et qui affronte un ennemis supérieur en nombre et en force relève du sucide garde un peu de réalité à la limite il organise une embuscade mais attaquer de front...Enfin....

La réaction des WE est asser bizarre (pas le fait qu'ils dressent un autel non non) mais le fait qu'ils ne zigouille pas tout les gardious (ou la majorité) en vitesse.

Ezar,j'attend la suite toujours ^^

_________________
Dans le doute frappe encore
Citation :
Pensée du jour: la pensée engendre l'hérésie, les blondes sont donc des saintes...
yohannlb36
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davius
Rongeur volant de la LPR
avatar

Nombre de messages : 290
Localisation : Sassenage
Emploi : Collégien
Loisirs : wh40k,lire
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 5 Mai - 23:56

Ezar,c'est des Word Bearers,les dévots,pas les berzy juniors.....

et il me semble que les cadets sont une dizaine contre 5 renégat,nan?bon,d'accord j'ai lu en diagonale,mais c'est pas mal!

Continu!

_________________
pour le grand Tunnelier,et aussi un chti peu l'empereur!
Davius champion de l'empereur des castors de la LPR!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Rat
Rongeur Administrateur
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 26
Localisation : Quelque part dans les terres du Sud.
Emploi : Administrateur
Loisirs : Détecter les snots
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Sam 6 Mai - 10:33

Des chaotiques qui parlent clairement, c'est bien...

En tout cas tu leur donne vraiment un caractère, ça doit être impressionant sur un chmap de bataille.
Ca donne aussi des idées pour les figurines...

Le début est très bien, émouvant, il est gentil ce capitaine.

Par contre les lasers ne produisent pas de détonation il me semble (ou seulement à l'"arrivée", si ça explose).
Puisque ce sont des rayons lumineux.

Citation :
ses dents, trop profondément plantées dans sa lèvre inférieur

Vive les rongeurs :lol:
Non franchement, c'est plutôt explicite de la tension, mais ça me semble assez improbable.

Le Rat, très bon texte aussi, j'adore.

_________________
"Ce qui sépart les nobles castors des vils ornythorinques est aussi infini que ce grin de riz." Zigguor l'usurpateur.

Beware the beaver! Like the beaver!

"Le Gant de Douleur, parce que je le mérite bien!" Lysander
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lpr-forum.myrealboard.com
Caerbannog
Rat actif
Rat actif
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Maine et Loire
Emploi : Lycéen
Loisirs : W40K, bouquins, etc...
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Mar 9 Mai - 0:22

Bon, je donne la suite mais j'ai hésité à le faire. Je vois heureusement que certaines erreurs d'interprétations ont été corrigées (merci Davius !!). Attention, je ne veux me facher avec personne, mais avant de noter une erreur de ma part, reliser le texte S.V.P



Chap.7/ Une seule issue, la mort

La peine est notre voie,
Le Chaos notre père.
Exaltons notre foi,
Fils de la misère.


Au son de ce qui s’annonçait comme leur propre requiem, les gardes impériaux frémirent , le courage dont ils avaient fait preuve quelques minutes auparavant laissant place à une peur terrible, tétanisant leurs membres, clouant leurs corps sur place. Le lieutenant Herk lui même ne savait plus que penser, ses cadets l’avaient emplis de fierté, mais à quel prix ? Et qui étaient ces « fils de la misère » mentionnés dans les inquiétantes litanies. Peu importe, de toute façon, son existence touchait à sa fin, il en était persuadé.

Cet abattement soudain fut amplifié, quand les marines renégats enclenchèrent le système de propulsion de leurs réacteurs dorsaux. Le bourdonnement insupportable acheva d’anéantir toute volonté de la part des cadets. Les armures énergétiques se rapprochaient inexorablement des positions du muret derrière lequel s’entassait les quelques gardes du Lieutenant Herk. Plus que 5 mètres, même à bout portant, n’importe quel tir de pistolet serait fatal. Pourquoi ne nous achèvent ils pas maintenants ? Le comportement des Marines était décidément totalement incompréhensible, mais le temps n’était plus à la réflexion. On se voyait déjà réduit à l’état de tas de viande, ou même empalés sur l’un des monstrueux monuments érigés à la gloire du Chaos.

« Non, nous devons tenir, nous battre jusqu’au bout. Jusqu'à notre mort, aussi proche soit elle. Il n’est pas dit que je mourrais comme un lâche. Ils ne nous frappent pas ? C’est leur problème. On m’a demandé de mener des jeunes recrues, je le ferais. Et même si chacun de nous doit mourir dans les secondes qui suivent, ce sera la conscience tranquille. »

Dans un dernier geste de désespoir, Herk brandit son épée tronçonneuse, sauta de l’autre coté du muret, et se mit à courir en hurlant. Il n’était qu’à quelques mètres des Serviteurs des dieux sombres et pouvait distinguer le scintillement de leurs yeux, mais sa course lui parut durer un temps infini. Il cria comme pour évacuer sa colère, avant de décapiter l’un des marines d’un revers de son épée tronçonneuse. Celui là même que ses cadets avaient réussis à déposséder de son casque ; celui là même qui avait annihilé l’un de ses « mômes ». Il a payé, je peux mourir maintenant, pensa Herk avant que son bras ne fut arraché par la poigne du meneur des renégats. Il cria de douleur, mais cette dernière était trop forte, et de dépit se laissa tomber à terre, son corps ne présenterait désormais plus aucune résistance.

La dernière image qu’il entrevit fut celle de son bras empalé sur les griffes du champion du Chaos, avant que ses paupières ne se referment sur ses yeux maculés de sang.




Epilogue

Herk ouvrit les yeux avec difficulté, avant de constater qu’il était toujours en vie. Il se trouvait dans une pièce sombre, dont seul un trou d’environ 1 mètre de diamètre permettait de diffuser la faible lumière présente dans la pièce. Il était allongé sur une sorte de paillasse, mais ne pouvait bouger la tête. Il perçut néanmoins l’humidité de la pièce dans laquelle il se trouvait. Ses pensées revinrent aux images de ce qui lui semblait être sa propre mort , son bras empalé sur le gantelet d’un adorateur du Chaos au visage inexpressif. Il souffla, et tenta d’approcher sa main gauche de l’endroit où il ne devait plus rester qu’un vulgaire moignon. Le contact glacial de la peau d’un autre individu l’en dissuada. Une main serrait son bras gauche :

- Que, qui êtes vous, fit le lieutenant d’une voie tremblante
- Tais toi étranger ; tu as besoin de repos, lui répondit l’individu d’une voie calme, avant d’ajouter :
Ferme les yeux, je veille sur toi.

La voix était rassurante, Herk ne se posa pas de question, et conclut qu’il devait être dans un quelconque bloc d’infirmerie. Il referma les yeux, et se laissa gagner par le sommeil. Le mystérieux individu présent à ses cotés murmura quelques mots, plaça une couverture sur le corps meurtri du lieutenant Herk, avant de se lever et de quitter la pièce.

[…]

Un rayon de lumière vint éblouir le visage du lieutenant, le tirant de son sommeil réparateur
- Tu as bien dormi, étranger ?l’interrogea une voix laissant transparaître la sympathie et la compassion dont faisait preuve l’émetteur du message.
- Je crois bien, oui. Répondit Herk en se frottant les yeux de sa main gauche.

Lorsqu’il eu totalement retrouvé la vue, il eu un sursaut et recula machinalement pour venir s’adosser au mur. La pièce était couverte d’inscriptions, de runes et autres signes cabalistiques. Herk reconnut entre autre l’étoile à 8 branche, ainsi que des graffitis représentant diverses créatures démoniaques.

Soit le bienvenu parmi nous, jeune lieutenant, lui dit l’individu sur le pas de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Rat
Rongeur Administrateur
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 26
Localisation : Quelque part dans les terres du Sud.
Emploi : Administrateur
Loisirs : Détecter les snots
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Mar 9 Mai - 18:11

Ah, ça promet! ^^

Le coup des réacteurs dorsaux, non mentionnés avant, m'a un peu étoné car les renégats ne possèdent que ceux des rapaces, mais bon, c'est un détail mineur.

C'est encore très intéréssant, j'ai souvent cru que lelieutenant allait mourrir, ou rater le marine, mais il s'en sort finalement.

Le Rat, vive les chaotiques pas manichéens (ou pas trop mauvais...).

_________________
"Ce qui sépart les nobles castors des vils ornythorinques est aussi infini que ce grin de riz." Zigguor l'usurpateur.

Beware the beaver! Like the beaver!

"Le Gant de Douleur, parce que je le mérite bien!" Lysander
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lpr-forum.myrealboard.com
Caerbannog
Rat actif
Rat actif
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Maine et Loire
Emploi : Lycéen
Loisirs : W40K, bouquins, etc...
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Mer 10 Mai - 20:11

OUPS OUPS OUPS
AÏE AÏE
Je, euh excusez moi :oops: :oops: :oops:
Je me suis aujourd'hui aperçu en cours de frnçais, en relisant mon fluff, que j'avais fait un impardonnable lapsus. En recopiant mon récit sur mon PC, j'ai écris lieutenant, mais vous aurez rectifiez de vous même, Herk est un sergent bien sur. Je suis encore désolé pour le dérangement, je me sens tout méprisable!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad
Rat apprécié par tous
Rat apprécié par tous
avatar

Nombre de messages : 114
Localisation : Breizh (Lorient)
Loisirs : Enterrer des inquisiteurs trop curieux au pied du Croc
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Mer 10 Mai - 22:04

Ben je te l'avais dis, je trouvais bizarre qu'un lieutenant ne réagisse pas quand les autres sous-offs se foutent de sa trogne devant lui, normallement y a des torgnoles qui partent et des sous-offs qui sont pas prêts de retourner en perm'.

Sinon c'est agréable à lire, y pas de gros problèmes fluffique, le scénar tiens la route.

Vlad, t'es quand même prolifique dans ton genre^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caerbannog
Rat actif
Rat actif
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : Maine et Loire
Emploi : Lycéen
Loisirs : W40K, bouquins, etc...
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Mer 10 Mai - 23:13

:oops:


Nouvelle vie ?

Herk ne savait toujours pas dans quel endroit il se trouvait, qui étaient ses mystérieux hôtes, pourquoi y avait il des inscriptions chaotiques dans sa cellule, et surtout par quel miracle était il encore en vie. Mais il n’eut pas le temps de harceler son étrange interlocuteur de questions, ce dernier ayant anticipé sa réaction :
- Ne pose pas de question, étranger ,tu trouveras les réponses en tant voulu.

En prononçant cela, l’individu mystérieux fit un pas à l’intérieur de la pièce, juste en dessous de l’unique source de lumière de façon à ce que le lieutenant puisse l’apercevoir. Il était vêtu d’une longue robe rouge, un peu à la manière des religieux ; une capuche masquant son visage. Un livre visiblement très ancien pendait à la ceinture de la robe, attaché par une chaînette argentée. Les mains gantées du moine étaient l’une dans l’autre, témoignants de son calme et de sa sérénité.

--Par contre je vais me présenter. Je suis le frère Asril, gardien des archives de ce sanctuaire. Je ne doute pas que nous aurons souvent l’occasion de nous rencontrer durant ta période d’initiation.
Le religieux inspira profondément, avant de continuer :Mais je parle trop. J’ai été désigné pour te mener à notre patriarche. Cela fait bientôt deux semaines que nous t’offrons l’hospitalité ; il est temps désormais de t’introduire auprès du maître de ce domaine.

Sur ce, il tendit la main au sergent, afin de l’aider à se lever de sa couche, lui indiquant que bientôt il pourrait retrouver l’usage de sa main droite. Herk fut stupéfait de constater qu’un membre bionique occupait dorénavant l’emplacement de son bras droit.

Il te faudra sûrement un peu de temps avant que tu ne t’habitue à ce nouvel organe ; mais soit satisfait que tu n’ai pas eu une réaction de rejet. On peut dire que le frère apothicaire Bremeus à fait du bon travail., déclara Asril d’une voix compatissante, Allons y maintenant.

Herk en était bouche bée, il ne savait plus du tout où il en était. Tout ceci avait l’air bien réel, bien qu’il eut préféré que toute cette histoire de combat, et de Chaos ne soit qu’un songe. La seule chose à faire était de suivre les indications du « gardien des archives » sans broncher, et de voir ce qui se passerait par la suite. Il emboîta le pas du religieux sur le pas de la port, découvrant ainsi que deux autres moines en robe rouge montaient vraisemblablement la garde sur le pas de la porte. Asril anticipa une nouvelle fois la réaction d’Herk, lisant la stupéfaction sur le visage de ce dernier.
ils ne parleront pas ,ni ne bougeront. Ces deux là ont fait vœu de silence.

L’attention du sergent resta néanmoins figée sur les bolters ouvragés des deux étranges moines, mais frère Asril força le pas le long d’un large corridor aux murs tachés d’humidité. Herk constata que de nombreuses portes numérotées étaient présente, témoignants des nombreuses cellules identiques à la sienne derrière ces murs. bientôt, des arcades se dessinèrent dans la cloison à la droite du lieutenant, laissant transparaître les rayons du soleil, éclairant faiblement le long couloir. L’attention d’Herk se porta sur des bas relief, qui lui semblait il narraient l’histoire d’individus en armure énergétique, tantôt combattants d’autres soldats, tantôt aux cotés de créatures démoniaque…Il se demanda si cette histoire était véritablement celle des habitants de ce sanctuaire. Son regard se porta par la suite au dehors, il lui semblait apercevoir une fontaine, donnant sur un bassin d’une contenance verdâtre, et d’aspect vaseux.
Un bruit métallique à sa droite reporta de nouveaux son attention sur les bas reliefs ; deux religieux continuaient de graver les sculptures murales. Herk fut d’ailleurs fort surpris de sa ressemblance avec l’un des hommes en armure énergétique gravé récemment dans la pierre.

Le corridor touchait à sa fin, obligeant le sous officier et le frère archiviste Asril à bifurquer sur la droite. Ils arrivèrent alors dans une pré chapelle, dont le sol était orné d’une étoile à huit branche. Le granit des murs du couloir avait laissé place à un marbre sombre, strié de rayures vertes.
4 imposant vitraux procuraient l’unique source de lumière de la pièce, chacun représentant une créature à l’aspect démoniaque, mais toutefois différent sur chacune des vitres. Décidément, cet endroit était des plus étranges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad
Rat apprécié par tous
Rat apprécié par tous
avatar

Nombre de messages : 114
Localisation : Breizh (Lorient)
Loisirs : Enterrer des inquisiteurs trop curieux au pied du Croc
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Jeu 11 Mai - 14:13

C'est pas mal du tout, j'ai une nette préférance pour les derniers passages que tu as posté, y a du bon, je suis curieux de lire la suite.

La seule chose qui me parait un peu bizarre pour l'instant c'est l'intérêt qu'éprouvent des marines pour un simple sergent de la garde, mais je suppose que c'est normal, j'attend donc la suite pour avoir les réponses à mes questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Rat
Rongeur Administrateur
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 26
Localisation : Quelque part dans les terres du Sud.
Emploi : Administrateur
Loisirs : Détecter les snots
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Jeu 11 Mai - 18:48

Très intéréssant.

Il y a quelques fautes, et je suis un peu étonné par la réaction du héros.
En effet, il ne bronche pas en voyant des bas-reliefs et des symboles chaotiques.
J'ai hâte de voir son premier combat contre des loyalistes, quand il aura son armure Hiiiiiar (que les moines ne portent pas d'ailleurs?).

En fait si c'est très bien, c'est surtout parce qu'on a pas habitude de cette vision du Chaos (qui me semble plus réaliste d'ailleurs).
Et puis ton monastère et ses bas-reliefs me font penser à Lovercraft. ;)

Le Rat, j'attends la suite!

_________________
"Ce qui sépart les nobles castors des vils ornythorinques est aussi infini que ce grin de riz." Zigguor l'usurpateur.

Beware the beaver! Like the beaver!

"Le Gant de Douleur, parce que je le mérite bien!" Lysander
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lpr-forum.myrealboard.com
ezarchiel
Commissaire-recruteur
avatar

Nombre de messages : 700
Localisation : Suresnes,Ile de France
Loisirs : Elimination,destruction,extermination
Date d'inscription : 15/02/2006

MessageSujet: Re: Les fils de la misère   Ven 12 Mai - 23:12

J'avais déjà lu sur frenchwh40k mais je n'avais pas eu le temps de critiquer donc je le fait.
C'est vraiment bien et je suis bien prit par ton récit ! Vraiment super même si je ne sait pas si le coup du gardiou qui devient chaotique et encore plus un SM chaotique est très valable mais bon...

Ezar

_________________
Dans le doute frappe encore
Citation :
Pensée du jour: la pensée engendre l'hérésie, les blondes sont donc des saintes...
yohannlb36
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mingxiu36
Responsable au sein du parti
Responsable au sein du parti


Nombre de messages : 296
Date d'inscription : 16/03/2012

MessageSujet: MX   Mar 12 Juin - 9:22

Nonetheless, you must take time to Louis Vuitton Outlet out the best way to carry them for two factors. First, you ought to reduce the influence and pressure it'll have on your feet to stay away from pain and injury. Second, you need to Louis Vuitton Uomo which you in no way commit a major public faux pas by tripping over or spraining your ankle since of a wrong Louis Vuitton Borse or step. Louis Vuitton Borse of whether you need Louis Vuitton Borse Outlet wear 3-inch stiletto attractive shoes or 6-inch stripper shoes, you must be sure which you Louis Vuitton Borse Italia utilised to carrying them very first before finally wearing them for a particular night or occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les fils de la misère   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les fils de la misère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Sans l'aide de la diaspora, Haïti sombrerait dans la misère
» Le fils de Michel François a été assasiné
» Un balais pour mon fils ! [matin] [Pv Martin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum officiel de la LPR. :: Les Jeux :: Historique-
Sauter vers: